Wisconsinites Flood Open Bars After 'Safer At Home' Struck Down


Coronavirus : "chute vertigineuse" des remboursements en optique et dentaire


Father, Son Charged In Shooting Death Of Black Georgia Jogger


Judge Blocks Pritzker From Enforcing Coronavirus Executive Order


Quelques bonnes pratiques d'usage des masques


Macron envisagerait une prolongation du confinement au-delà du 10 mai


Les pays se replient sur eux-mêmes pour endiguer le nouveau coronavirus


Trump Chides Hogan For Korean Coronavirus Test Kits Deal


UH Hospitals Testing Drug To Protect Doctors From Coronavirus


Les adoptions de chiens et chats choisis sur Internet, un succès pour la SPA

Vers de nouveaux traitements contre les attaques de panique ?

  • MEDIATORECONDOMINIALE
  • May 9, 2020
  • News
  • No Comments

Les attaques de panique seraient liées à l’augmentation d’une hormone synthétisée par le cerveau, l’orexine, selon une étude récente effectuée chez le rat et l’homme. Si cette découverte se confirme, cette hormone pourrait devenir la cible de nouveaux traitements ciblés, contre l’anxiété et la panique.

L’orexine, également appelée hypocrétine, est une hormone secrétée exclusivement par les neurones cérébraux. Elle est étudiée depuis une dizaine d’années pour son rôle sur la vigilance, dans la régulation du cycle du sommeil : un taux élevé d’orexine améliorerait l’éveil ou pourrait causer de l’insomnie. A l’inverse, un taux faible faciliterait l’endormissement, voire provoquerait une

narcolepsie. Un antagoniste de l’orexine (Almorexant, GSK) est d’ailleurs actuellement à l’étude pour améliorer le sommeil et donc traiter l’insomnie (1).Fin décembre 2009, une nouvelle étude effectuée sur des rats et publiée dans Nature Medicine (2) semble démontrer que l’orexine a également un rôle dans la survenue des attaques de panique, pathologie pénible au quotidien pour les patients touchés (impression d’étouffement, vertiges, douleurs thoraciques, maux de tête, sensation de mort imminente, etc.). En effet, l’équipe du Dr Johnson (Indianapolis, USA) a constaté que l’activation de la synthèse d’orexine par les neurones de l’hypothalamus des rats était nécessaire pour développer une attaque de panique (provoquée chez l’animal par l’injection de lactate de sodium), tandis qu’un antagoniste de cette même voie de synthèse bloquait la constitution de l’attaque. Dans le prolongement de ce travail, ces chercheurs américains ont aussi mesuré chez 53 patients la concentration de l’orexine dans le liquide céphalo-rachidien (liquide baignant les structures cérébrales, accessible par une

ponction lombaire) : ils ont constaté une concentration plus élevée de l’hormone chez les patients sujets aux troubles paniques par rapport aux personnes exemptes de cette pathologie. Jusqu’à présent, les psychiatres privilégiaient la psychothérapie, les antidépresseurs et les anxiolytiques pour prendre en charge ce trouble, avec plus ou moins de succès selon l’intensité des signes et le contexte (autres pathologies éventuellement associées). Ces nouveaux résultats, qui demandent confirmation à plus grande échelle, suggèrent un rôle important de l’hyperactivation de l’orexine dans la genèse des attaques de panique, ce qui, selon les auteurs, ouvre la voie à une nouvelle approche médicamenteuse. Jean-Philippe RivièreSources : (1) Almorexant, a dual orexin receptor antagonist for the treatment of insomnia“, Neubauer DN, Curr Opin Investig Drugs. 2010 Jan;11(1):101-10,

résumé accessible en ligne (en anglais)(2) “A key role for orexin in panic anxiety“, Johnson PL et coll., Nature Medicine, 27 décembre 2009,

résumé accessible en ligne (en anglais)Click Here: camisetas de futbol baratas


Got Something To Say!

Your email address will not be published. Required fields are marked *

BACK TO TOP