Wisconsinites Flood Open Bars After 'Safer At Home' Struck Down


Coronavirus : "chute vertigineuse" des remboursements en optique et dentaire


Father, Son Charged In Shooting Death Of Black Georgia Jogger


Judge Blocks Pritzker From Enforcing Coronavirus Executive Order


Quelques bonnes pratiques d'usage des masques


Macron envisagerait une prolongation du confinement au-delà du 10 mai


Les pays se replient sur eux-mêmes pour endiguer le nouveau coronavirus


Trump Chides Hogan For Korean Coronavirus Test Kits Deal


UH Hospitals Testing Drug To Protect Doctors From Coronavirus


Les adoptions de chiens et chats choisis sur Internet, un succès pour la SPA

Offrir un cochon d'Inde pour Noël ? Gare à l'allergie !

  • MEDIATORECONDOMINIALE
  • May 16, 2020
  • News
  • No Comments

Attendri par cette gentille boule de poils, vous êtes sur le point de craquer et d’offrir pour Noël un cochon d’Inde à votre enfant.
Derrière son minois inoffensif, un danger inattendu se cache parfois : l’allergie. Si jusqu’à maintenant aucun cas sévère n’avait été rapporté, des auteurs américains se font l’écho de l’histoire de deux patientes qui ont frisé la catastrophe d’un poil !
Avec des antécédents d’asthme induits par l’effort et de migraines traitées par bêtabloquants, la première patiente âgée de 11 ans s’est rendu au domicile de sa coiffeuse où elle s’est saisi de son cobaye. Bien qu’elle l’ait déjà manipulé sans souffrir d’aucun dommage, elle a cette fois développé en quelques minutes des démangeaisons et un gonflement de l’œil (prurit oculaire et œdème de Quincke) avec larmoiement.
Ces manifestations se sont poursuivies par la survenue d’un urticaire et d’un gonflement de l’ensemble du visage et d’une difficulté à parler. Un traitement par histaminique et nébulisation de bêta-mimétique a permis de soulager l’enfant. Le second cas rapporté est celui d’une jeune femme de 24 ans ayant une rhinite allergique au chat et un asthme induit par l’effort. Elle a développé en quelques minutes après avoir nettoyé la cage de son cobaye une gêne respiratoire intense avec une bouffée d’angoisse sans toux, ni urticaire.
Les symptômes ont disparu après qu’elle eut quitté son domicile.
Dans ces deux cas, l’allergie au cobaye a été confirmé par des analyses sanguines ou des tests cutanés. A la lumière de ces résultats, les auteurs recommandent aux médecins de penser à de tels cas d’allergies, sachant que ces animaux domestiques sont souvent présents dans les maisons et les écoles.Source : Clin Mol Allergy. 2005 Oct 27;3:14.


Got Something To Say!

Your email address will not be published. Required fields are marked *

BACK TO TOP