Williams considers sale – terminates ROKiT sponsorship!


Surround Sound: High Tech Meets the Beast Within Us


Spendor A7 loudspeaker


Audio Research LS5 preamplifier & BL2 input controller


Germany’s Scholz sees recovery fund as more than money


Cambridge Audio Edge A integrated amplifier


CH Precision M1.1 power amplifier


PS Audio UltraLink D/A processor


Wisconsinites Flood Open Bars After 'Safer At Home' Struck Down


Coronavirus : "chute vertigineuse" des remboursements en optique et dentaire

Détérioration du sommeil pendant la périménopause

  • MEDIATORECONDOMINIALE
  • May 20, 2020
  • News
  • No Comments

La ménopause n’arrive pas brutalement. Elle estprécédée d’une période plus oumoins longue appelée périménopause. Cesquelques années d’irrégularités menstruellesprécèdent la cessation définitive desrègles.
Durant cette période, la production d’hormonessexuelles diminue et provoque des troubles des règles :allongement ou raccourcissement du cycle, modification d’abondanceou de durée des règles, saignements abondants etfréquents laissant peu d’intervalle entre eux et dessymptômes proches du syndrome prémenstruel (tensiondes seins, ballonnement abdominal, etc.). Mais c’est àun tout autre sujet que se sont intéressés leschercheurs de l’Université de Pennsylvanie. Ils ontévalué l’impact de la diminution progressivedes taux d’estrogènes sur ladétérioration du sommeil.
Pour vérifier leur hypothèse, ils ontétudié pendant deux ans 218 femmes blanches et 218femmes de couleur âgées de 35 à 47 ans etprésentant des cycles menstruels réguliers.Interrogées sur la qualité de leur sommeil, cesfemmes ont subi à quatre reprises une prise de sang pourdoser les variations hormonales, dont l’estradiol.Résultat : 17 % des femmes rapportèrent des troublesdu sommeil à chaque périoded’évaluation. Les auteurs ont mis en évidencedifférents facteurs affectant directement la qualitéde leur sommeil : une plus forte incidence de bouffées dechaleur, une prédisposition àl’anxiété et la dépression, une forteconsommation de caféine et enfin un faible tauxd’estradiol chez les femmes de 45 à 49 ans. Selon leschercheurs, les bouleversements hormonaux de lapériménopause peuvent ainsi directement affecter lesommeil des femmes durant cette période. De plus amplesétudes devront néanmoins déterminer si untraitement hormonal substitutif peut avoir l’effet inverse etaméliorer le repos des femmes de plus de 45 ans.
Source : Obstet Gynecol 2001 Sep;98(3):391-397


Got Something To Say!

Your email address will not be published. Required fields are marked *

BACK TO TOP